Moi, Marcion...
ou les fondements de l'antijudaïsme chrétien

 
Accueil
C'est qui Marcion ?

Chronologie
Bibliographie
1ère de couverture
4ème de couverture
Index du livre
Résumés
Pour commander
Contacts
Liens
Pour accéder à une version de ce site, traduite sommairement en Anglais avec un logiciel de traduction automatique, cliquez sur le lien ci-dessous...
To reach a version of this site, translated briefly into English with a machine translation system, click the link below …

Ce site est dédié à
Marcion de Sinope (85 - 165)


Marcion fut l'inventeur de l'antijudaïsme chrétien,
le personnage le plus vénéneux de l'histoire du christianisme,
une plaie jamais refermée de l'histoire des juifs et des chrétiens,
un déni absolu par les théologiens juifs et chrétiens !

Le personnage historique   
Si Marcion fut le 1er hérétique chrétien gnostique,
- Il fut d'abord le premier banquier de l'Église chrétienne,
- puis celui qui inventa les concepts d'Ancien et de Nouveau Testament,
- et celui qui devint le 1er éditeur du Corpus Chrétien primitif.
Mais il fut surtout celui qui, après son éviction de la Grande Église, mit en place au 2ème siècle, sur l'ensemble de l'Empire de Rome, l'antijudaïsme chrétien.
Ce funeste système de pensée perdure toujours 2.000 ans plus tard.

Le questionnement   
On peut se poser la question du pourquoi de l’absence d’utilisation de Marcion par les théologiens chrétiens et juifs quand ils abordent la question de l’antijudaïsme, problème religieux, et de sa dérive raciste, l’antisémitisme !
Marcion est dénié par eux car, entre autre délire sur l’axe du mal judéo-judaïque, il remet en cause les fondements de ces deux religions en induisant dans son argumentation que les Hébreux étaient un petit peuple tribal s’étant inventé un passé mythologique pour palier sa transparence… passé que les juifs ont pris pour argent comptant… et les chrétiens à leur suite.
Malaise généralisé !

Le roman   
Passionné par le christianisme primitif, j'ai décidé de faire un roman des deux périodes critiques de la vie de Marcion. Ces deux périodes seront lourdes de conséquences pour les chrétiens et pour les juifs, du second au 5ème siècle, mais surtout au 20ème.
- La première période couvre l'été 135 ou Marcion, armateur puissant et riche, obtient de l'Église de Rome sa prélature personnelle, comme l'Opus Dei actuelle, et son autorisation à devenir éditeur des Textes Chrétiens, le tout contre une forte rétribution.
- La seconde partie du roman se situe à la mi-juillet 144, date du concile qui l'écouta attentivement puis qui refusa de le suivre dans son délire antijudaïque... avec le succès que l'on sait.

Bonne lecture à tous
Xavier Ponte-Corto
xavier-pc@wanadoo.fr   

Moi, Marcion...     ou les fondements de l'antijudaïsme chrétien